L’ardent buisson de l’appel de Dieu

De la licence en lettres à la traduction de la Bible

Maryline Hinot

Parfois, on parle d' « appel » dans notre vie chrétienne, comme s'il s'agissait forcément d'avoir entendu la voix de Dieu pour nous conduire dans une direction précise. Bien que cela puisse arriver, pour moi, je parlerais plutôt d'une situation dans laquelle Dieu a permis que je sois placée d'une telle manière que c'était comme si plus rien d'autre n'existait dans ma vie que la direction qu'il allait me donner pour orienter le reste de mes jours sur terre.

      Etudiante, j'avais changé totalement de cap juste après ma conversion pour m'orienter vers le social avec, à cœur, de travailler un jour dans l'humanitaire. A la fin de ma Licence, je cherchais absolument un Master professionnel pour travailler dans une ONG mais aucune porte ne s'ouvrit à part une bourse pour enseigner le français aux Etats-Unis que Dieu me fit décrocher par miracle. C'est là-bas que l'appel de Dieu pour le travail missionnaire s'est présenté dans ma vie.

    Mon année au Massachusetts ne fut pas facile, parsemée de combats mais aussi de bonnes surprises. J'y ai vécu beaucoup de solitude, loin de tous mes repères, de mon église, et c'est ce qui m'a permis de me rapprocher encore de Dieu et de sa parole. Mon travail me plaisait mais au fur et à mesure une immense frustration s'est installée en moi. De plus en plus j'avais ce feu qui grandissait pour témoigner de Christ autour de moi et je sentais que le cadre de mon travail limitait énormément les choses. La frustration de ne pouvoir parler de Jésus comme je le voulais devint si forte que je commencais à mal supporter mon travail, à me sentir pas à ma place du tout. Alors, j'ai beaucoup prié, jeûné aussi, pour rechercher la face de Dieu, sa volonté pour ma vie, la façon dont il avait prévu que je témoigne de Lui. Il y a eu aussi ce passage de la Bible: « Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n'ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s'il n'y a personne qui prêche ? Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés ? » (Romains 13.15). Ces paroles ne m'apparurent pas moins qu'une véritable interpellation divine dans ma vie.

    Peu après, le groupe chrétiens du campus organisa un voyage missionnaire de soutien aux sinistrés de l'ouragan Katrina et, pendant tout ce voyage, c'était comme si un creux était forgé en moi pour préparer la place à quelque chose de nouveau. Je traversais un véritable « désert spirituel », incapable de parler, d'interagir pendant plusieurs jours, je me sentais terriblement vide mais avec cette conviction dans mon cœur : « Dieu est en train d'ouvrir une grande porte dans ta vie ».

    Effectivement, c'est au retour de cette mission, après que nous ayons survécu d'ailleurs à l'incendie de notre car, que j'ai compris. Quelques jours après, Sharnice est venu à l'église présenter son travail. Elle se préparait à entrer dans la traduction de la Bible et elle a fait quelque chose qui m'a bouleversée : Tenant une sorte de gros papyrus dans les mains, elle s'est déplacée à l'autre bout de l'église, a commencé à dérouler doucement son rouleau sur toute la longueur du sol avant de revenir sur l'estrade pour nous dire que cette immense liste de plus de 2000 dialectes est « celle des peuples du monde qui ne possèdent pas encore une partie de la Bible dans leur langue » ! Totalement sidérée, j'avoue que j'eu même du mal à croire que ce chiffre soit si énorme, jamais je n'aurais pu imaginer que tant de personnes sur terre n'avaient pas encore accès à sa Parole qui m'a conduit à la délivrance et au Salut en Christ !

   Pendant tout son exposé, je comprenais que c'était vraiment ce à quoi Dieu m'appelait, qu'Il m'avait emmené jusqu'ici précisément pour me faire comprendre ce besoin dans le monde d'apporter la Parole dans les dialectes non encore écrits, et que le parcours que j'avais suivi jusque là dans les Lettres et les Sciences Sociales correspondait exactement à ce qu'Il avait prévu, dans Sa souveraineté, que je fasse un jour, malgré les dangers que cela peut comporter. De plus, c'est au cours de ces jours que je pu lire Matthieu 24.14 : « Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. » C'est donc dans des circonstances que fut déposé sur mon cœur le fardeau de la traduction de la Bible pour les populations qui ne l'ont pas.

    Par la suite, je reçu très distinctement la conviction que cet appel venait bien de Dieu, avec toute la provision de force nécessaire pour mettre en œuvre les formations que cela demande. Quand je considère comment les choses ont été préparées, je suis si stupéfaite de voir combien Dieu avait tout prévu depuis le départ. Cela m'enseigne aussi combien nous avons toujours tout intérêt à le laisser guider nos vies et nous façonner afin de rentrer dans les œuvres qu'il a prévu d'avance pour chacun de ses enfants, et pour Sa gloire seule.

    Pour finir, j'aimerais simplement donner cette image que représente ce qu'on appelle « l'appel » pour moi. Quelques jours avant de recevoir le mail qui me demandait ce témoignage, j'y réfléchissais justement et cette évidence m'est venue, c'est qu'en fait, l'appel de Dieu dans nos vies est exactement comme un ce buisson dans le désert : A partir du simple vase que nous sommes, Dieu allume un feu, c'est un feu qui brûle sans se consumer, il nous étonne mais il nous éclaire et nous communique l'énergie pour accomplir notre destinée. A mes yeux, l'appel ressemble vraiment à ce buisson ardent qui apparut à celui qui mènerait Israël hors d'Egypte, il ne s'agit pas d'un phénomène figé dans le temps mais l'appel est un feu qui brûle et se propage dans nos vies à mesure qu'on lui ajoute foi.

Maryline H. (juillet 2012)

Ce témoignage vous parle ?

Pour soutenir la mission ou vous engager...

D'autres projets similaires

Une motivation encore plus accrue pour partager l'Evangile

Une motivation encore plus accrue pour partager l'Evangile

SMG

Un vieux rêve devenu réalité au Brésil

En savoir plus
La famille de Dieu travaille ensemble

La famille de Dieu travaille ensemble

OM France

Une jeune Française part deux semaines servir le Seigneur en Moldavie

En savoir plus
20 années se sont écoulées entre le moment de l'appel et celui du départ

20 années se sont écoulées entre le moment de l'appel et celui du départ

Action Missionnaire

Témoignage d'un appel missionnaire pour partir au Sénégal

En savoir plus